Taghamsa
 

Azawan.com, janvier 2006

Le public n’a même pas encore fini de déguster son premier album, Tawargit (rêve) que Yuba le surprend à nouveau avec un deuxième album, plus abouti : Itran azal (étoiles du jour). Sans faire perdre à la chanson amazighe son âme, Yuba fusionne les rythmes d’instruments amazighs – rribab (vièle monocorde connue chez les Touaregs sous le nom d’imzad), tallunt (tambour sur cadre), ganga (tambour), etc. – et occidentaux – guitare, banjo, harmonica… lire la suite / read more

Lasri Brahim Amazigh (Paris)


Yuba : un chanteur très prometteur

Que Yuba, Moussa Habboune de son vrai nom, soit né à Dcheira est déjà en lui-même un signe du destin. Cette petite bourgade populaire et populeuse, coincée entre Agadir et Inezggane, est considérée comme la Mecque des trouvères et autres troubadours amazighs que l’on appelle communément les rways. lire la suite / read more

Lahsen Oulhadj, avril 2006


Le chanteur Yuba : l'album de la maturité

Il y a quelques mois déjà, le chanteur Yuba, un artiste amazigh des plus doués de sa génération, a mis sur le marché son deuxième album dont le titre est poétiquement évocateur : Itran azal (les étoiles en plein jour). On s'attendait que ce fils prodige du Souss nous surprenne, dans le bon sens du terme, comme cela a été déjà le cas avec tawargit (rêve), son premier album, grâce auquel il s’est fait connaître auprès du public. lire la suite / read more

Lahsen Oulhadj, avril 2006


gelbesblatt.de, März 2006

Flamenco-Klänge zum Abschluss

Mit einem Abschlussfest endeten die 7. Kulturtage KOMINAU VII, zu denen der Förderkreis Kultur Aumühle-Wohltorf im März ins Augustinum geladen hatte. Damit ging ein Monat voller Kunst und Kultur zu Ende. Während draußen Schneeflocken vom Himmel rieselten, nahm die Gruppe MoviMenco im Theatersaal die 150 Besucher mit auf eine musikalische Reise nach Südeuropa. lire la suite / read more


Dirty Linen, #101, August/September 2002

Yuba writes and sings in the dominant tongue of the Southern (The Sus) and Western Atlas Mountains, in a Tamazight language dialect called Tashelhit. When the French colonized much of North Africa, native Tashelhit got corrupted and became widely known to European scholars and linguists as Chleuh. But its oral literature goes back to the ancient classical period of Mediterranean culture, and exists in mountain and desert clans, spread by now through urbanization into the coastal cities as well as the massive emigrant and exiled diaspora. lire la suite / read more

Mitch Ritter (Concord, CA)

Igwdel usmmati © 2005 - 2006 Yuba
Tiwlafin : Rachid Tacheroune
Iwlafn & taswingt : Kamal Seballa